L’explication est simple. Selon le site américain Science Daily qui reprend l’étude, les expats comparent généralement les coutumes de leur pays à celles de leur nation d’adoption. Or, ce type d’observation les aide à distinguer “les normes et valeurs qui définissent qui ils sont de celles qui reflètent simplement leur éducation et leur culture”.

Les scientifiques montrent aussi que les longs séjours à l’étranger mènent à plus de réflexions que les voyages courts. Visiter un grand nombre de pays sans y rester longtemps a peu de conséquences sur la compréhension de soi.

L’expatriation offre quant à elle de nombreux avantages, en offrant notamment une meilleure connaissance de ses goûts personnels et de son tempérament, comme le note Science Daily :

Cela peut aller d’un sentiment de satisfaction au quotidien à une vie moins stressante, en passant par de meilleures performances au travail ou une plus grande facilité à choisir une carrière en accord avec ses propres valeurs.

Le site affirme qu’une telle découverte est utile pour comprendre les comportements des expatriés au travail. Les entreprises doivent prendre en compte ces informations lorsqu’elles “recrutent des talents étrangers”.

Pour mener à bien leur étude, les chercheurs ont interrogé plus de 1 800 participants, à travers des questionnaires en ligne et des entretiens aux États-Unis. Les participants n’avaient pas tous vécu à l’étranger.