Sport Inter

Le Halo de protection a sans doute sauvé Leclerc au coeur d’un grave accrochage

Motorsports: FIA Formula One World Championship WM Weltmeisterschaft 2018, Grand Prix of Belgium, Start, 16 Charles Leclerc (MCO, Alfa Romeo Sauber F1 Team), 14 Fernando Alonso (ESP, McLaren F1 Team), Spa-Francorchamps Belgium

Au cœur du violent accrochage survenu au départ du Grand Prix de Belgique, le Monégasque a peut-être évité le pire grâce à cette nouvelle protection instaurée en début de saison.

«Le halo a probablement aidé aujourd’hui.» Malgré sa légitime déception d’avoir abandonné dès le premier tour au Grand Prix de Belgique, le soulagement transpirait dans les propos de Charles Leclerc dimanche à Spa-Francorchamps. Le Monégasque, qui a pu quitter le circuit sain et sauf, s’est en effet retrouvé au cœur du spectaculaire accrochage entre Nico Hülkenberg et Fernando Alonso à l’épingle de la Source, quelques secondes après le départ. Percutée à l’arrière par la Renault de l’Allemand, la McLaren de l’Espagnol s’est littéralement envolée au-dessus de la Sauber de Leclerc avant de retomber sur le halo, cet arceau de protection imposé sur toutes les voitures depuis le début de l’année.

Malgré la présence de marques significatives sur la structure (voir photo ci-contre), il est impossible d’affirmer avec certitude que ce morceau de titane recouvert de carbone et fixé sur la carrosserie a permis d’éviter un nouveau drame. La Fédération internationale de l’automobile va mener son enquête pour déterminer son efficacité au moment du contact avec l’une des roues de la McLaren. «Il y a des marques significatives sur le châssis. Il ne faut pas beaucoup d’imagination pour penser que ces marques auraient été sur la tête de Charles sans le Halo», a déclaré le directeur de course de la FIA, Charlie Whiting. «La sécurité d’abord. C’est pour cela que nous avons introduit le Halo», a commenté, Jean Todt, le président de la FIA sur son compte Twitter.

Le message du dirigeant français devrait contribuer à convaincre les derniers sceptiques du bien-fondé de ce système. Dans le paddock, certains dirigeants et pilotes avaient grincé des dents cet hiver, jugeant le Halo particulièrement laid. «Comme vous le savez, je ne suis pas fan du Halo, esthétiquement parlant. Mais avoir sauvé Charles de graves blessures justifie pleinement son existence. Cela aurait pu être dramatique», a commenté le patron de l’écurie Mercedes Toto Wolf, cité dans L’Equipe. «C’est une bonne preuve. Nous n’avions pas besoin de preuves, mais c’est une bonne chose», a, de son côté analysé Fernando Alonso contraint à l’abandon dimanche. «Nous pouvons mettre fin à la discussion au sujet du halo maintenant. Il sauvera des vies», a tranché le tout jeune retraité Nico Rosberg, champion du monde 2017.

About the author

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour commenter

Laisser un commentaire

Rubriques