Société

Ghana : les mosquées appelées à utiliser Whatsapp pour l’appel à la prière

Les habitants des centres urbains font, de plus en plus, face à beaucoup de bruit, de jour comme de nuit. Dans le but de réduire cette pollution sonore, les autorités ghanéennes ont suggéré que les musulmans utilisent WhatsApp plutôt que des haut-parleurs pour l’appel à la prière.

La circulation chaotique, les orateurs qui diffusent de la musique, les marchands de rue et des milliers de personnes qui vaquent à leur occupation quotidienne sont typiques des rues de la plupart des grandes villes d’Afrique.

Mais au Ghana, les mosquées et les églises aggravent le problème du bruit excessif.

Dans la capitale, Accra, les autorités cherchent à faire face au vacarme causé par ces lieux de culte – et les mosquées en particulier.

On demande aux mosquées d’utiliser du texte mobile ou des messages WhatsApp pour appeler la communauté musulmane à prier.

Réduire la «pollution sonore»

« Pourquoi est-ce le moment pour la prière ne peut être transmis avec un message texte ou WhatsApp? Alors l’imam enverrait des messages WhatsApp à tout le monde », a déclaré le ministre de l’Environnement Kwabena Frimpong-Boateng.

« Je pense que cela aidera à réduire le bruit, ce qui peut être controversé, mais c’est quelque chose que nous pouvons penser », at-il déclaré à DW.

Le gouvernement dit espérer qu’un tel changement pourrait contribuer à réduire le bruit excessif.

Les musulmans rejettent l’idée de WhatsApp

Pour de nombreux musulmans vivant dans la capitale, l’idée d’un appel mobile à la prière est plus difficile à embrasser.

L’imam de la mosquée de la communauté de Fadama, Sheik Usan Ahmed, appelle les musulmans à la prière cinq fois à des moments précis tout au long de la journée. Bien qu’il accepte que le niveau de bruit pourrait être réduit, s’appuyer sur le texte et les messages WhatsApp pourrait également avoir des implications économiques, at-il déclaré à DW. « L’imam n’est pas payé mensuellement, où trouverait-il l’argent pour le faire? » Nous essayons de pratiquer ce qui est possible, donc le message texte ou tout autre message n’est pas un problème, mais je ne pense pas que ce soit nécessaire. « Ahmed a dit.

D’autres résidents musulmans qui ont parlé à DW ont également rejeté la suggestion. « Je ne trouve rien de mal à ce que les musulmans se réveillent à l’aube et utilisent le mégaphone pour appeler leur peuple à venir adorer leur dieu, parce que nous avons des églises chrétiennes qui utilisent aussi des mégaphones, et qui prêchent aussi à l’aube ». .

Un autre résident d’Accra, Kevin Pratt, a également rejeté la suggestion de Frimpong-Boateng: « Tout le monde n’est pas sur les réseaux sociaux, et tout le monde n’est pas aussi alphabétisé que lui. L’appel musulman à la prière est traditionnellement supposé atteindre autant que possible », a ajouté Habiba Ali.

Le gouvernement a signalé qu’il avait l’intention de faire respecter les lois afin de calmer le jeu au Ghana.

Pour mémoire , le Rwanda a interdit aux mosquées de la capitale, Kigali, d’utiliser des haut-parleurs lors de l’appel à la prière. Un nouvel avis du district de Nyarugenge a appelé toutes les mosquées sous sa juridiction à cesser d’utiliser des mégaphones, à titre de mesure de sécurité et de prévention de la pollution sonore.

Les autorités rwandaises disent que les appels, faits cinq fois par jour, dérangent les habitants du quartier de Nyarugenge, qui abrite les plus grandes mosquées de la capitale. Mais un responsable d’une association musulmane l’a critiqué en disant qu’il pourrait plutôt réduire le volume.

Exposition prolongée au bruit ambiant

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) prévient qu’une exposition prolongée au bruit ambiant, comme les travaux routiers, la circulation et les troubles de la rue, peut entraîner une augmentation des maladies cardiovasculaires, des problèmes de sommeil et souvent un certain déficit cognitif.

About the author

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour commenter

Laisser un commentaire

Rubriques