Santé & Bien être Sexualité

Cancer de la prostate : 21 éjaculations par mois pour réduire le risque

Les autorités sanitaires britanniques recommandent aux hommes d’éjaculer au moins 21 fois par mois pour réduire le risque de développer un cancer de la prostate.

Une étude américaine publiée dans la revue médicale European Urology annonçait qu’il y avait un lien important entre le nombre d’éjaculations et le cancer de la prostate. Pour cette étude, les chercheurs de l’université de Boston (Etats-Unis) avaient suivi près de 32 000 hommes sur une période de 18 ans. Au cours de l’étude, 3839 hommes avaient été diagnostiqués avec le cancer de la prostate, et 384 d’entre eux étaient décédés.

C’est en se basant sur les résultats de cette étude américaine, qui établissait alors que le risque de cancer de la prostate était environ 20% moins élevé chez les hommes qui éjaculaient au moins 21 fois par mois, que les autorités sanitaires britanniques (la NHS) viennent d’encourager les hommes de plus de 40 ans à éjaculer entre 13 et 21 fois par mois. Selon les scientifiques, l’orgasme masculin contribuerait à réduire le nombre de cellules vieillissantes plus fragiles et donc plus à risques de développer un cancer.

La bonne fréquence : entre 13 et 21 éjaculations par mois

“Cette étude à grand déploiement présente la preuve la plus solide jusqu’à maintenant sur le rôle bénéfique de l’éjaculation pour prévenir le cancer de la prostate”, explique la chercheuse Jennifer Rider, médecin spécialiste de l’école en Santé publique de l’Université de Boston (Etats-Unis). Les chercheurs ont ainsi constaté qu’il existait une réduction significative du risque de cancer de la prostate de 10% chez les hommes de 40 à 49 ans déclarant entre 8 à 12 éjaculations par mois, et de 20% chez les hommes rapportant entre 13 à 21 éjaculations, par rapport à ceux qui n’ont éjaculé que 4 à 7 fois au cours la même période.

CELA N’EMPÊCHE PAS LE CANCER, CELA RÉDUIT LE RISQUE

Cette étude rejoint les conclusions des chercheurs de l’université de Montréal qui dévoilaient dans la revue médicale Cancer Epidemiology que plus un homme aurait connu sexuellement de femmes, moins il aurait de risque d’être atteint par ce cancer. D’après leurs résultats “lorsqu’un homme a fréquenté plus de 20 femmes dans sa vie, son risque de développer un cancer de la prostate est réduit de 28 % (tous types confondus) et celui de souffrir d’un type de cancer agressif diminue de 19 %, comparé à ceux qui n’ont connu qu’une seule partenaire”.

Le cancer de la prostate est le 1er cancer masculin avec 71 000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année  en France. Ce cancer concerne au total 300 000 hommes et est à l’origine de près de 8870 décès dans notre pays.

About the author

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour commenter

Laisser un commentaire

Rubriques