Santé & Bien être

L’interstitium, le nouvel organe du corps humain

Un organe invisible, trouvé par hasard

Même en science, le hasard fait parfois bien les choses. Alors que des médecins expérimentaient un nouvel endoscope au laser permettant de voir à travers les tissus, ils ont observé une couche interstitielle dont les compartiments sont interconnectés, remplis de fluide et soutenus par un réseau de collagène et d’élastine. Cette matière complexe entoure notamment plusieurs organes comme les poumons, les veines, ou les muscles.

Avant cette découverte, l’existence de cette couche était déjà avérée, cependant on croyait alors qu’elle n’avait pas de fonction particulière. Or, en étudiant la chose de plus près, les chercheurs ont constaté que l’interstitium serait en réalité une sorte d’amortisseur pour les organes en mouvement constant (pression, pulsation…), de sorte que leurs tissus ne se déchirent pas. Un rôle qui fait d’elle, le potentiel 80e organe humain, et sans doute le 2eorgane le plus grand après la peau.

Une reconnaissance qui reste à confirmer

Problème : cette couche n’aurait pourrait avoir une action néfaste sur le corps humain.

En effet, il s’agit d’un espace ouvert, sous pression mécanique, et rempli de fluides en mouvement, ce qui fait probablement de cet organe un acteur important dans la prolifération des métastases dans l’organisme et donc la propagation des cancers. Une hypothèse qui doit encore être démontrée.

La proposition est formulée par des chercheurs américains : dans une étude publiée par la revue “Scientific Reports” le 27 mars, ils proposent que l’interstitium soit ajouté à la liste des organes du corps humain – 79 pour le moment. Il serait d’ailleurs le plus grand de tous.

L’interstitium, ou espace interstitiel, c’est une couche de tissus “retrouvés sous la surface de la peau et le long du système digestif, des poumons et des voies urinaires, autour des artères et des veines, et entre les muscles”, résume “Sciences et avenir”. On croyait cet espace compact, il s’agit en fait de compartiments interconnectés, remplis de fluides et “soutenus par un réseau de protéines fortes (collagène) et flexibles (élastine)”.

About the author

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour commenter

Laisser un commentaire

Rubriques