Santé & Bien être Société

Cancer de la peau : définition, dépistage, traitement

Qu’est-ce que c’est ?

Les carcinomes de la peau se développent à partir des kératinocytes, cellules constituant 90 % de l’épiderme. Ils représentent 90 % des 80.000 cancers de la peau dépistés chaque année. Le mélanome, quant à lui, se développe à partir des mélanocytes, cellules de la peau qui fabriquent la mélanine. Leur incidence, notamment, celle du mélanome, a fortement augmenté ces dernières décennies. Parmi les carcinomes, on distingue les basocellulaires et les épidermoïdes cutanés. Les premiers sont les plus fréquents (70 %), leur évolution est lente. Les seconds sont plus rares et se rencontrent plus souvent chez des personnes exposées de façon chronique au soleil, comme les agriculteurs ou les marins. Le mélanome touche des personnes plutôt jeunes. Il est lié à des coups de soleil importants et aux expositions en cabine de bronzage artificiel.

Comment les dépister ?

La détection précoce constitue la meilleure chance de guérison des cancers cutanés. Une lésion chronique de la peau qui augmente de taille, s’ulcère ou saigne indique peut-être l’apparition d’un carcinome. Une petite tache pigmentée sombre qui apparaît sur une peau saine ou un grain de beauté qui se modifie peuvent être liés à un mélanome. Chaque année, en mai, le Syndicat national des dermatologues et vénérologues ainsi que l’Institut national du cancer proposent dans plus de 200 centres des dépistages gratuits du cancer de la peau durant une semaine.

Quel est le traitement ?

Le traitement des carcinomes s’appuie sur la chirurgie. Celle-ci est efficace pour extraire la tumeur dans la majorité des cas. Pour le carcinome basocellulaire, si cette ablation est impossible ou contre-indiquée, il est possible d’avoir recours à la radiothérapie et, plus récemment, à la thérapie ciblée, c’est-à-dire un traitement médicamenteux qui agit sur des mécanismes spécifiques aux cellules cancéreuses.
Le traitement des mélanomes repose lui aussi sur la chirurgie. Mais ces dernières années, deux techniques – les thérapies ciblées et l’immunothérapie – ont fait évoluer la prise en charge de ces cancers à fort risque de métastases. L’identification d’une mutation du gène BRAF (la protéine qui envoie des signaux aux cellules) dans un peu plus de la moitié des mélanomes a conduit à la mise au point d’une thérapie ciblée. Les traitements reposant sur l’immunothérapie consistent, eux, à doper les lymphocytes, cellules immunitaires du patient, pour qu’elles détruisent les cellules tumorales. Avec des résultats encourageants.

About the author

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour commenter

Laisser un commentaire

Rubriques