Politique Internationale Société Technologies

Les Etats-Unis décident d’inculper Julian Assange pour espionnage

A police officer walks past the Ecuadorian embassy in London, Monday May 20, 2019. Swedish authorities on Monday issued a request for a detention order against WikiLeaks founder Julian Assange, who is now jailed in Britain, a Swedish prosecutor said. (Dominic Lipinski/ PA via AP)

La justice américaine a choisi de déployer l’artillerie lourde contre Julian Assange. Jeudi 23 mai, elle a annoncé poursuivre le fondateur du site WikiLeaks pour espionnage, une mesure sans précédent dans l’histoire du journalisme aux Etats-Unis.

Julian Assange, arrêté en avril dans les locaux de l’ambassade d’Equateur à Londres, faisait déjà l’objet d’une demande d’extradition de la part de Washington pour des faits relativement mineurs de piratage informatique. L’ampleur de ce qui lui est désormais reproché par les autorités américaines est sans commune mesure : dix-sept nouvelles charges pèsent à présent contre lui.

Les faits qui lui sont reprochés remontent à 2010, lorsque l’organisation avait mis la main sur une gigantesque quantité de documents internes au gouvernement américain. En partenariat avec plusieurs médias, dont Le Monde, WikiLeaks publie alors des milliers de comptes rendus des opérations de l’armée en Irak et en Afghanistan ainsi qu’une masse de câbles diplomatiques américains.

Contourner la liberté de la presse

Au pouvoir à l’époque, l’administration Obama avait été ulcérée par cette publication. Elle s’était pourtant toujours abstenue de jouer la carte de l’espionnage, de peur d’achopper sur le très protecteur premier amendement de la Constitution américaine, qui protège la liberté de la presse. L’administration Trump ne dispose d’aucun nouvel élément justifiant cette lourde procédure, mais a, semble-t-il, décidé de faire fi de ces préventions.

Elle reproche à Julian Assange d’avoir explicitement réclamé, sur son site, certains documents secrets ; d’avoir incité sa source, la militaire Chelsea Manning, à les lui fournir ; et de les avoir reçus en ayant pleinement conscience de leur confidentialité. Juridiquement, le ministère tente de contourner l’obstacle du premier amendement en reniant le caractère journalistique des travaux de Julian Assange et en l’inculpant pour la publication de documents non caviardés, comportant l’identité de sources de l’armée et de la diplomatie américaines.

« Aucune personne responsable, qu’il soit journaliste ou non, ne publierait à dessein le nom de sources humaines en zone de guerre », a justifié John Demers, le responsable de la sécurité nationale au ministère de la justice, lors d’une conférence de presse« Parmi ces sources figuraient des Afghans et des Irakiens, des journalistes, des leaders religieux, des défenseurs des droits humains et des dissidents », a argué Zachary Terwilliger, le procureur chargé du dossier.

La décision de la justice américaine de poursuivre Julian Assange pour espionnage est lourde de conséquences, y compris pour les médias traditionnels. L’administration Obama avait estimé qu’il était impossible de distinguer les activités de Julian Assange – publier des documents secrets – de celles des médias traditionnels. Certains d’entre eux, dont le New York Times, le GuardianLe MondeDer Spiegel, ont justement travaillé avec WikiLeaks et publié les mêmes documents qui valent aujourd’hui à Julian Assange d’être accusé d’espionnage.

Lors de la conférence de presse annonçant les nouvelles charges pesant sur lui, les responsables du ministère de la justice n’ont pas voulu expliquer la différence entre ce qui était reproché à Julian Assange et une activité journalistique traditionnelle, rapporte le New York Times.

DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP

L’annonce de cette nouvelle inculpation a déclenché un torrent de réactions. « Ces accusations sans précédent démontrent la menace que la procédure à l’encontre de Julian Assange fait penser contre tous les journalistes qui veulent informer le public des actions du gouvernement américain », a réagi son avocat américain, Barry Pollack.

« Pour la première fois dans l’histoire, le gouvernement entame une procédure criminelle contre la publication d’informations véridiques. C’est une attaque directe contre le premier amendement et une escalade inouïe des attaques de l’administration Trump contre le journalisme », a tancé l’ACLU, la principale organisation américaine de protection de la liberté d’expression. Reporters sans frontières a, pour sa part, déclaré sur son compte Twitter que « les charges qui pèsent sur Julian Assange dans le cadre de la loi sur l’espionnage posent une menace directe sur la liberté de la presse et le journalisme d’investigation ».

Voir la loi sur l’espionnage, d’une sévérité extrême, utilisée pour inculper Julian Assange était la pire crainte des proches de l’Australien. Ce texte, voté en 1917, a été conçu pour punir les fonctionnaires fournissant des documents secrets à une puissance ennemie. L’administration Bush puis Obama avaient commencé à le dépoussiérer en l’utilisant pour poursuivre plusieurs sources à l’origine de révélations dans la presse, dont celle de WikiLeaks, Chelsea Manning, mais également le lanceur d’alerte Edward Snowden. Elle n’a cependant jamais visé la publication journalistique de documents secrets.

Poursuivi pour viol en Suède

Julian Assange s’est toujours présenté comme un journaliste. En 2010, lorsqu’il publie les documents de l’armée et de la diplomatie américaine, la question ne se pose même pas. Mais sa réputation s’est considérablement détériorée depuis 2016 et la campagne présidentielle américaine, lorsque WikiLeaks a servi de réceptacle à des documents volés aux démocrates par les services de renseignement russes et que Julian Assange a multiplié les prises de positions hostiles à Hillary Clinton et favorables à Donald Trump. Début 2017, le directeur de la CIA qualifiait même WikiLeaks de « service de renseignement hostile ». Dans la foulée, le ministre de la justice américain, Jeff Sessions, avait révélé que l’arrestation de Julian Assange était une « priorité ».

Le fondateur de WikiLeaks purge actuellement une peine de cinquante semaines de détention dans une prison britannique de haute sécurité pour avoir, en 2012, enfreint sa liberté conditionnelle. En se réfugiant dans l’ambassade équatorienne de Londres, il avait fui la justice suédoise et son mandat d’arrêt émis dans une affaire d’agression sexuelle et de viol. Pour ce dernier chef d’accusation, toujours d’actualité, le parquet suédois a récemment annoncé qu’il allait à nouveau chercher à faire venir Julian Assange à Stockholm. L’horizon du fondateur de WikiLeaks était déjà orageux. Il vient de tourner à la tempête.

About the author

La Rédaction

Poster un commentaire

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour commenter

Laisser un commentaire

Rubriques