Insolite Société

Une Américaine de 46 ans tue à mains nues le lynx enragé qui l’attaque

Une Américaine de 46 ans, habitant l’Etat de Géorgie, a étranglé de ses mains un lynx qui s’était jeté sur elle. Elle doit à présent subir des piqûres car la bête était enragée.
Peu d’individus se seraient tirés vivants des griffes d’un lynx roux enragé mais DeDe Phillips, une Américaine de 46 ans n’a pas tremblé. Le 7 juin dernier, comme l’a raconté ce lundi The Independent, attaquée alors qu’elle se trouvait dans une allée de sa propriété du comté de Hart, dans l’Etat de Géorgie, la jeune grand-mère est parvenue à étrangler l’animal.

Elle a décrit ce duel à une télévision locale. “Dès qu’il s’est avancé, j’ai su que j’étais mal. Tout ce que je me suis dit, c’est: ‘Non, ce n’est pas pour aujourd’hui. Non, je ne vais pas mourir aujourd’hui'”, a-t-elle déclaré d’abord. “C’est à mon visage qu’il en voulait”, a-t-elle ajouté. DeDe Phillips a appris de son beau-père, qui chasse les lynx. “Les lynx cherchent la jugulaire. S’ils l’atteignent, on meurt en quelques minutes”, a-t-elle développé.

“Le seul moyen que j’avais de m’en tirer”
Elle a réussi à saisir les épaules du lynx, à le traîner vers le sol. C’est là qu’elle l’a étranglé. “C’était le seul moyen que j’avais de m’en tirer”, a-t-elle estimé. Le fils de DeDe Phillips, qui a rejoint sa mère après qu’il a entendu son appel, a poignardé la bête pour s’assurer de sa mort. Une fois inerte, le corps a révélé aux spécialistes qu’il était porteur de la rage. DeDe Phillips va donc devoir satisfaire à une batterie de piqûres et d’examens. Car si l’animal ne l’a pas tuée, il lui a cassé plusieurs doigts et lui a laissé des bleus un peu partout. La première série de piqûres lui a déjà coûtée 10.000 dollars. Ses proches ont ainsi mis en ligne une cagnotte. Mardi soir, 30.000 dollars avaient déjà été récoltés.

Un détail de l’histoire saisissante de DeDe Phillips a retenu l’attention des médias. Il tient aux circonstances de sa rencontre avec le lynx. Au moment où elle lui a fait face, elle venait de coller à l’arrière de son nouveau véhicule un autocollant qui proclamait la sentence suivante: “Les femmes qui se tiennent bien entrent rarement dans l’histoire”.

About the author

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour commenter

Laisser un commentaire

Rubriques