Environnement Société

Libreville pris en otage: puanteur et saleté font la loi

A s’y méprendre , l’on croirait presque la décharge municipale de Mindoubé s’est étendu à tout Libreville.

Des hordes de grosse mouches, L’ambiance olfactive d’une telle violence incroyable. Cette atmosphère intolérabe serait due au fait que , depuis la fin de la semaine dernière, Averda la société de nettoyage a cessé de collecter les ordures ménagères dans les quartiers qui ne sont pas des « miroirs » de la capitale gabonaise.

Mis à part quelques quartiers huppés, la capitale gabonnaise sent mauvais.

La faute à qui ? A Averda, la société de collecte et de ramassage des ordures ou à au Ministère de l’Intérieur qui, souvent, traîne de lourdes ardoises qui grippent le bon fonctionnement de la machine Averda ? Qu’est-ce qui se passe avec cette nouvelle structure qui, pourtant, bien équipée, avait bien démarré au point que nombreux avaient salué son professionnalisme qui faisait défaut à ses prédécesseurs que sont la SGA, Sovog et Clean africa ?

Le ministre de l’Intérieur qui assure la tutelle administrative d’Averda et la mairie de Libreville est encore silencieux.

Les lieux, situés dans la zone industrielle d’Oloumi, sont gagnés par des odeurs tout aussi répugnantes. Les populations délaissées se sentent prises en otage.

About the author

La Rédaction

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour commenter

Laisser un commentaire

Rubriques